Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Sociologie des civilisations rurales au Sénégal
  • : Mon blog cherche à vulgariser la sociologie rurale au Sénégal. Il me permet, en même temps, de mettre en ligne mes différentes activités pédagogiques à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis. De temps en temps, je présente quelques personnalités fortes de l'UGB qui ont gagné mon estime grâce à leur engagement pour la connaissance.
  • Contact

Profil

  • Bouna Ahmeth FALL
  • Bouna Ahmeth Fall est sociologue. Il a été formé de la Première année au Doctorat à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Très attaché à cette institution, il y enseigne les sciences sociales depuis Dix Huit ans. 
Actuellement ses recherches portent sur les relations Intergroupes et les représentations sociales. Dans la société wolof sénégalaise, il mène des études qui s'intéressent aux phénomènes liés aux hiérarchies sociales (groupes dominants et dominés, et dynamiques de l'identité sociale).
  • Bouna Ahmeth Fall est sociologue. Il a été formé de la Première année au Doctorat à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Très attaché à cette institution, il y enseigne les sciences sociales depuis Dix Huit ans. Actuellement ses recherches portent sur les relations Intergroupes et les représentations sociales. Dans la société wolof sénégalaise, il mène des études qui s'intéressent aux phénomènes liés aux hiérarchies sociales (groupes dominants et dominés, et dynamiques de l'identité sociale).

Ce blog cherche à vulgariser la sociologie rurale au Sénégal. Bonne lecture!

Recherche

Articles Récents

Liens

24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 10:47

 

CIMG0442

 

La “ fin des paysans ” est le titre d'un ouvrage remarqué du sociologue Henri Mendras qui signait par là l'acte de décès, non pas du métier d'agriculteur mais d'un style de vie à part, fait d'autarcie économique relative, de rythmes de vie réglés par le temps et les saisons, d'un langage, de fêtes et de rites propres, d'une forte tradition orale. Chacun était à la fois travailleur de la terre, éleveur, maçon, charron et menuisier. Les échanges se déroulaient essentiellement à l'intérieur de la famille élargie, dominée par les anciens, sauf au moment des festivités locales, souvent placées sous le signe de la religion. Mode de vie caractérisé par un triple isolement : isolement familial, isolement économique (on produit soi-même de quoi satisfaire des besoins limités, on est peu dépendant des marchés), isolement social (il y a peu d'échanges avec le reste de la société, ce qui n'exclut pas la confrontation sociale à l'intérieur de cette petite société extrêmement hiérarchisée).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

NGENDAKUMANA Mathias 26/03/2013 20:54


Bonjour,


Cet article sur Henri MENDRAS tombe au moment où lors d'un cours de Sociologie rurale & DéveloppementCommunautaire (SRS 321) que je dispense à l'Université Espoir d'Afrique/Hope Africa
University (Bujumbura-Burundi), je leur parlais de la notion de "ruralité" et de H Mendras comme précurseur voire fondateur de cette discipline. Merci!


Appliquer ces concepts au contexte burundais reste évidemment un véritable défi, dans une société qui connaît des conflits socio-politico-ethniques d'envergure depuis un demi-siècle qui ont
affecté le monde rurale par des saignées et des départs transfrontaliers de paysans à grande échelle.


Je profite de la présente opportunité pour demander s'il existe des résultats de forums ou colloques sur la question "paysanne" à travers l'Afrique, mais également de la tenue de tels rencontres
d'échanges d'expériences en Afrique!


 


Ngendakumana Mathias


Professeur à l'Université Espoir d'Afrique/Bujumbura-BURUNDI et à l'Université des Collines/Hills Univesity Campus Kayanza


Tél: +257 79 902 637 ou +257 22 30 50 32