Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Sociologie des civilisations rurales au Sénégal
  • : Mon blog cherche à vulgariser la sociologie rurale au Sénégal. Il me permet, en même temps, de mettre en ligne mes différentes activités pédagogiques à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis. De temps en temps, je présente quelques personnalités fortes de l'UGB qui ont gagné mon estime grâce à leur engagement pour la connaissance.
  • Contact

Profil

  • Bouna Ahmeth FALL
  • Bouna Ahmeth Fall est sociologue. Il a été formé de la Première année au Doctorat à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Très attaché à cette institution, il y enseigne les sciences sociales depuis Dix Huit ans. 
Actuellement ses recherches portent sur les relations Intergroupes et les représentations sociales. Dans la société wolof sénégalaise, il mène des études qui s'intéressent aux phénomènes liés aux hiérarchies sociales (groupes dominants et dominés, et dynamiques de l'identité sociale).
  • Bouna Ahmeth Fall est sociologue. Il a été formé de la Première année au Doctorat à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Très attaché à cette institution, il y enseigne les sciences sociales depuis Dix Huit ans. Actuellement ses recherches portent sur les relations Intergroupes et les représentations sociales. Dans la société wolof sénégalaise, il mène des études qui s'intéressent aux phénomènes liés aux hiérarchies sociales (groupes dominants et dominés, et dynamiques de l'identité sociale).

Ce blog cherche à vulgariser la sociologie rurale au Sénégal. Bonne lecture!

Recherche

Articles Récents

Liens

20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 12:30

Jusqu'à l'article de SCHULTZ publié en 1964, les économistes du développement considéraient le monde paysan comme irrationnel. C'est précisément cette irrationalité qui était chargée d'expliquer de nombreux aspects du dysfonctionnement du monde rural. Le sous-développement du monde rural était aussi expliqué par l'irrationalité économique du métayage, par la parcellisation des terres, par des taux usuraires "aberrants", etc. Or, ce que cherche à montrer SCHULTZ, et à suite de nombreux microéconomistes, c'est compte tenu des contraintes auxquellesils doivent faire face, les agents cherchent à maxisimiser des objectifs qui ne différaient guère d'une société à l'autre, comme obtenir le maximum de revenu, miniser le risque, minimiser l'effort de travail,etc. Ainsi des comportements qui peuvent apparaître économiquement irrationnels s'expliquent fort bien si nous prenons en compte le manque d'informations, les coûts d'accès au marché et à l'assurance, les délais d'apprentissage des techniques et du fonctionnement du marché, les contraintes de temps ou le rationnement des marchés.

Chercher à expliquer le comportement des agents comme la maximisation de certains préférences sous certaines contraintes ne nous explique toutefois pas l'origine de ces préférences. Une telle explication peut même être considérée comme tautologique dans la mesure où elle suppose que quand un agent agit contre son intérêt, la raison doit être systématiquement attribuée soit au manque d'information de l'agent, soit à la myopie de l'observation qui ne saisit pas les contraintes de l'environnement traditionnel. Pour expliquer les évolutions sociales différentes, on peut alors partir du fait que les objectifs et les préférences des agents des pays du sud, notamment l'Afrique, ne sont pas toujours ceux observés dans les pays du nord. Un des thèmes les plus fréquemment évoqués a été, dans une tradition wébérienne, celui des ffondements religieux et culturels des comportements.

Même si chaque agent poursuit une stratégie individuelle qui maximise ses possiblités de gain, il n'en résulte pas pour autant que l'équilibre social soit optimal au sens de Pareto.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr. Bouna Ahmeth Fall - dans sociologie rurale
commenter cet article

commentaires