Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Sociologie des civilisations rurales au Sénégal
  • : Mon blog cherche à vulgariser la sociologie rurale au Sénégal. Il me permet, en même temps, de mettre en ligne mes différentes activités pédagogiques à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis. De temps en temps, je présente quelques personnalités fortes de l'UGB qui ont gagné mon estime grâce à leur engagement pour la connaissance.
  • Contact

Profil

  • Bouna Ahmeth FALL
  • Bouna Ahmeth Fall est sociologue. Il a été formé de la Première année au Doctorat à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Très attaché à cette institution, il y enseigne les sciences sociales depuis Dix Huit ans.
  • Bouna Ahmeth Fall est sociologue. Il a été formé de la Première année au Doctorat à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Très attaché à cette institution, il y enseigne les sciences sociales depuis Dix Huit ans.

Ce blog cherche à vulgariser la sociologie rurale au Sénégal. Bonne lecture!

Recherche

Articles Récents

Liens

18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 11:15
TD Serigne Mbacké Kane

~~Le «kalante» ou la «parenté à plaisanterie» (appelée aussi cousinage à plaisanterie) est un système de solidarité inter-clanique et inter-ethnique très répandus en Afrique de l’Ouest plus précisément au Sénégal dans la société wolof et qui joue un excellent rôle dans la société notamment raffermir les liens inter-ethnique. D’ailleurs c’est dans cette mouvance que nous interrogeons sur sa portée socio-culturelle afin de montrer son impacte dans la société. Pour ce faire, nous allons donnés un exemple de cousinage á plaisanterie puis donné quelques exemples de mots ou d’expressions utilisés pour les taquineries. Ce lien ne repose pas sur une parenté réelle entre alliés la «parenté à plaisanterie» concerne des personnes ayant des liens de parenté avérés. La manifestation la plus remarquable du « Kalante » réside dans les échanges de plaisanteries entre alliés. Les propos souvent injurieux qu’échangent à toute occasion les partenaires ne peuvent donner lieu à aucune conséquence. Mais au delà de cet aspect ludique, l’alliance requiert une assistance mutuelle entre les « kal » en toutes circonstances, un devoir voire une obligation de médiation lorsque l’un des partenaires est en conflit avec un tiers personne. Car ayant longtemps vécu dans un même territoire et ayant beaucoup partagé pendant des années, les mènent á un niveau où ils ne sont plus des simples « kal » mais des membres de famille. L’exemple du nom KANE et ses « Kal » en est une parfaite illustration notamment les DIA, SEYE, SALL… qui selon les grands-parents ont le même ancêtre mais égalent la même origine. Raison pour laquelle ils se taquinent mutuellement. Et chacun prétend être le roi ou le Maitre de l’autre ainsi de suite et le débat s’impose d’où un combat verbal dont tous les coups sont permis mais tout cela dans une atmosphère de moquerie de fraternité doux et plein de bonne humeur. Dans la société wolof une autre expression de moquerie est aussi utilisé pour désigné son/ses KAL comme « kilaysummi » c’est á dire celui qui enlève tes vêtements cela traduit á juste titre que si un de vos Kal te surprend en fragrant délits comme oublié un accessoire quelconque là où ce dernier mangé. Ou bien d’oublier une chose ou une personne importante á l’heur de la restauration ou tant d’autre. Ainsi ton kal qui te surprend á le droit de prendre votre boubou. Et on vous qualifiera de « Saalit ». Et toujours dans ce lot de parenté á plaisanterie de kane et ses semblables ils utilisent des qualificatifs de moqueries comme : « kusánt Dia bookoseetedooaň »c’est á dire si tu rends visite á une personne qui se nom Dia tu ne va pas manger á midi. Pour s’attaquer au Diayen et Eux á leur tour se réplique sur ceux qui se nomment Sall. En disant « kusánt Sall saa su nirookujaaxlerekxamal ni dafaxiif » En d’autres termes á chaque fois que tu vois un sallén avoir l’aire préoccuper sache qu’il a faim ou pour taquiner les Kaneenen disant « kusántkanekërgumunékkmoydiňccaabi sax mi »ce qui veut dire que celui qui se nomme kane garde toujours la clé du grenier dans la maison juste pour lui taxer de groument et la listent n’est pas exhaustive pour ne citer que ces exemples. Voila la richesse de ces parentés á plaisanterie qui participait profondément á renforcé les liens sociaux entre ces individus de même ou d’ethnie différente. Cependant force est de constater que cette tendance tend á se renverser de nos jours avec l’avènement des comportements et habitudes importés de l’occident on assiste á la disparition de ces kal. La jeunesse d’aujourd’hui ne se souci même plus de qui est sont kal ou qui ne l’est pas ce qui va favoriser l’individualisme et encouragé la fermeture en soi ainsi la solidarité de plus en plus menacé, les valeurs négligés, la cohésion piétinée et l’entre aide oublié. Au terme de notre analyse nous pouvons dire que le Kalante jouait un rôle très important dans la cohésion social et tout ce qui s’y rapporte. En revanche avec le mimétisme culturel on tend vers sa disparussions alors le préservé apparait comme un impératif pour tout un chacun. Réalisé par : Serigne Mbacké Kane

Partager cet article

Repost 0

commentaires